Adrian Tomine ou la solitude de l’auteur de bande dessinée

L’immense Adrian Tomine publie ce qui aurait pu s’appeler Ma vie, Mon œuvre, mais qui s’appelle, parce que le type a un peu plus de talent que moi pour les titres (et pourtant je place généralement la barre très haut), The Loneliness of the Long-Distance Cartoonist, qu’on pourrait traduire, si on parlait anglais, la solitude de l’auteur de bande dessinée de fond. J’espère que les éditeurs français d’Adrian (avec Tomine on s’appelle par nos prénoms) trouveront une meilleure traduction pour le titre.

BD pirate

Les héros ne meurent jamais, c’est bien connu. Ou ils ressuscitent. Créé en 1959, par Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, Barbe-Rouge le pirate revient chez Dargaud après 16 ans d’absence (vaste est l’océan…). C’est désormais Jean-Charles Kraehn et Stefano Carloni qui sont à la barre pour les nouvelles aventures du renégat à la pilosité carminée. Le premier épisode s’appelle Pendu haut et court ! Laissez-moi vous dire qu’avec un tel titre notre pirate est dans de sales draps.

Vu à la radio

Anaïs Nin de Léonie Bischoff est la BD RTL du mois de septembre. Une biographie de l’écrivaine américaine (né en France tout de même !) connue pour ses journaux intimes, ses nouvelles érotiques et sa rencontre amoureuse avec Henry Miller. Chez Casterman, l’éditeur, ils disent même que c’est le roman graphique de l’année. Ah les éditeurs ! ça en fait toujours un peu beaucoup…