Mise au point à la ligne (claire)

Floc’h, le maître du trait évident et limpide, le dessinateur qui renouvelle après chaque coup de crayon la ligne claire, revient justement sur France Culture dans l’émission de Tewfik Hakem sur cette idée de ligne claire dont Hergé serait l’inventeur : « Cette expression de ligne claire m’énerve un tout petit peu. On essaie d’en faire un groupe artistique alors qu’il y avait très peu de points communs entre nous, excepté peut-être cette ligne. Mais cela me gêne parce que la ligne claire ne date pas de Hergé. On a l’impression qu’on nous la fait commencer à cette époque-là, mais on peut remonter beaucoup plus loin. Vous pensez bien qu’on peut aller beaucoup plus loin dans le temps et trouver des dessins avec une ligne CLAIRE, ne serait-ce que Benjamin Rabier dans l’oeuvre duquel Hergé a énormément puisé. »

La BD en 928 pages

La collection Bouquins s’ouvre à la bande dessinée et propose un gros pavé (comme c’est le genre de la maison) de 928 pages, intitulé Le Bouquin de la bande dessinée. Un dictionnaire esthétique et thématique, explique l’éditeur, qui rassemble 150 entrées. Réalisé sous la direction de Thierry Groenstenn, le gros bouquin sortira en novembre 2020. Faites de la place sur les rayons de la bibliothèque.

Secteur BD cherche lecteurs BD

Moïse Kissous, le président du groupe des éditeurs de Bande dessinée du SNE (Syndicat national de l’édition), dresse un rapide bilan économique du secteur de la bande dessinée dans une interview parue sur le site du syndicat. Et ce n’est pas la grande forme : « La répartition des ventes [de bande dessinée] reste très déséquilibrée, avec une minorité de nouveautés qui dépassent les 5000 exemplaires vendus, nécessaires à l’équilibre économique des projets. Notre défi majeur à tous reste de continuer à développer notre lectorat. »

Bubble gomme (le passif)

La plateforme Bubble qui développe une application pour gérer ses bandes dessinées, et propose différents services en ligne toujours autour de la BD, annonce le rachat des sites 9eArt et Comicsblog. L’entreprise explique dans un communiqué que « le contenu du site 9emeArt sera migré sur la plateforme Bubble courant novembre 2020. Le site Comicsblog sera, quand à lui, migré vers la plateforme Bubble au printemps 2021 »

Alan Moore s’en tape

Alan Moore, la légende vivante à l’origine du renouveau de l’univers des comics, le scénariste de Watchmen et V For Vendetta, se fiche de la bande dessinée comme de son dernier shampoing, « les bandes dessinées ne m’intéressent plus tellement, je ne veux plus rien avoir à faire avec elles. », explique-t-il dans une interview au magazine Deadline. La BD s’est embourgeoisée, selon Alan. « C’était un média destiné à l’origine à la classe ouvrière et aux enfants. » Avec l’invention par l’industrie du roman graphique, poursuit-il, elle s’adresse aujourd’hui à la classe moyenne. La BD social-traître ? 

Techniques de Tanz!

Maurane Mazars, l’autrice de Tanz! parle technique dans Bodoï : « Je travaille avec des pastels aquarellables qui ont l’avantage de sécher vite et donc d’apporter un aspect plus texturé. On a rapproché mon style de celui de Brecht Evens. Je comprends cette comparaison, mais ce n’était pas voulu. » Elle explique aussi le pourquoi de ses pleines pages silencieuses que l’on trouve dans l’album : « quand je lis des BD, je trouve souvent que ça va trop vite. Par ces images, je cherche à donner plus de temps et plus de silence.»

Cherchez les intrus

Jacques Audiard (Regarde les hommes tomber, Un prophète) vient de commencer le tournage de son nouveau film, Les Olympiades, inspiré de la bande dessinée d’Adrian Tomine, Les intrus. 

Delcourt fait le coup de tête

Les éditions Delcourt lancent une nouvelle collection, Coup de tête, autour du sport, lorsque celui-ci s’inscrit dans des récits avec une dimension historique et sociale, comme l’explique Kris le directeur de la collection. Deux premiers albums déjà au catalogue, Croke Park, dimanche sanglant à Dublin de Sylvain Gâche et Richard Guérineau et Jujitsuffragettes, les Amazones de Londres, de Lisa Lugrin et Clément Xavier.

Planche de salut

Le ministères des armées organise un concours de bande dessinée dans le cadre de l’année de la bande dessinée. Le prix, Les galons de la BD, sera décerné à un ouvrage ayant été publié dans les 12 mois précédant le concours. L’œuvre devra évidemment être et sera liée au fait militaire. Repos, soldat. Un concours plutôt bien doté avec une dotation financière de 6000 euros pour le vainqueur et un accompagnement publicitaire pour l’éditeur. On en parle à Buck Danny ?

Le Chat se déconfine

Un album à poil, c’est sûr, au poil, on verra. Philippe Geluck sort à la mi-octobre un nouvel album du Chat, son personnage fétiche à l’embonpoint finalement très peu félin. Et ça s’appelle Le Chat est parmi nous. Un opus dans lequel, actualité oblige, Le Chat fait des apparitions masquées. Casterman nous apprend d’ailleurs que ce tome 23 n’aurait jamais dû voir le jour sans le confinement (et l’annulation de l’exposition de sculptures monumentales de l’artiste qui a suivi), un confinement qui a laissé du temps à Geluck pour dessiner. 

Harvey (Davidson) Awards (titre idiot et non pertinent)

Gene Luen Yang remporte, avec Dragon Hoops, le prix du livre de l’année décerné par les Harvey Awards, une des 3 grandes récompenses de la bande dessinée américaine (avec les Eisner et les Ignatz Awards). Gene est né en 1973 en Californie. Son livre Dragon Hoops est une autofiction qui s’étire sur plus de 400 pages avec du basket-ball en arrière plan (résumé approximatif).

Les mystères de Cherbourg

Sortie d’un nouvel épisode de la série cotentinoise-rétrofuturiste et à succès du duo Romuald Reutimann (dessin) et Pierre Gabus (scénario), New Cherbourg Stories (Casterman – octobre 2020). Un robot sous-marin orne la couverture de ce tome 2 intitulé, Le Silence des Grondins. A vous faire aimer Cherbourg.

Catherine Meurisse, une femme, un lapin et un appareil génital

Catherine Meurisse, la première autrice de bande dessinée élue à l’Académie des beaux-arts, dans Le Monde daté du 5 octobre 2020 : « Charb avait déclaré un jour, à quelqu’un qui évoquait mon statut de femme à Charlie, que si j’avais été un lapin, j’aurais été embauchée quand même, car le principal était que je dessinais bien. Claire Bretécher disait qu’on ne dessine pas avec son appareil génital. On dessine, c’est tout ».