Planche de salut

Le ministères des armées organise un concours de bande dessinée dans le cadre de l’année de la bande dessinée. Le prix, Les galons de la BD, sera décerné à un ouvrage ayant été publié dans les 12 mois précédant le concours. L’œuvre devra évidemment être et sera liée au fait militaire. Repos, soldat. Un concours plutôt bien doté avec une dotation financière de 6000 euros pour le vainqueur et un accompagnement publicitaire pour l’éditeur. On en parle à Buck Danny ?

Le Chat se déconfine

Un album à poil, c’est sûr, au poil, on verra. Philippe Geluck sort à la mi-octobre un nouvel album du Chat, son personnage fétiche à l’embonpoint finalement très peu félin. Et ça s’appelle Le Chat est parmi nous. Un opus dans lequel, actualité oblige, Le Chat fait des apparitions masquées. Casterman nous apprend d’ailleurs que ce tome 23 n’aurait jamais dû voir le jour sans le confinement (et l’annulation de l’exposition de sculptures monumentales de l’artiste qui a suivi), un confinement qui a laissé du temps à Geluck pour dessiner. 

Harvey (Davidson) Awards (titre idiot et non pertinent)

Gene Luen Yang remporte, avec Dragon Hoops, le prix du livre de l’année décerné par les Harvey Awards, une des 3 grandes récompenses de la bande dessinée américaine (avec les Eisner et les Ignatz Awards). Gene est né en 1973 en Californie. Son livre Dragon Hoops est une autofiction qui s’étire sur plus de 400 pages avec du basket-ball en arrière plan (résumé approximatif).

Les mystères de Cherbourg

Sortie d’un nouvel épisode de la série cotentinoise-rétrofuturiste et à succès du duo Romuald Reutimann (dessin) et Pierre Gabus (scénario), New Cherbourg Stories (Casterman – octobre 2020). Un robot sous-marin orne la couverture de ce tome 2 intitulé, Le Silence des Grondins. A vous faire aimer Cherbourg.

Catherine Meurisse, une femme, un lapin et un appareil génital

Catherine Meurisse, la première autrice de bande dessinée élue à l’Académie des beaux-arts, dans Le Monde daté du 5 octobre 2020 : « Charb avait déclaré un jour, à quelqu’un qui évoquait mon statut de femme à Charlie, que si j’avais été un lapin, j’aurais été embauchée quand même, car le principal était que je dessinais bien. Claire Bretécher disait qu’on ne dessine pas avec son appareil génital. On dessine, c’est tout ».

Chaland dans l’objectif

On les voit rarement en photo les auteurs de BD. L’occasion de se rendre sur le site des rencontres Chaland, l’événement annuel des admirateurs du regretté Yves Chaland, qui publie quelques photos de la dernière édition qui s’est tenue les 3 et 4 octobre 2020. Si on cultive la ligne claire aux Rencontres, on semble préférer la photo floue… 

Monsieur Kox, vous n’avez rien à déclarer ?

Daniel Kox, le créateur de l’Agent 212, dans Actua BD : « On me parle souvent des Indésirables, alors qu’elle n’a existé que deux ans dans les pages du Journal Spirou avec seulement 108 gags. Une série que j’avais montré à Peyo et qu’il avait beaucoup appréciée. Mais je l’ai finalement arrêtée car j’avais le sentiment que je tournais un peu en rond, puis l’Agent 212 me prenait tout mon temps ». C’est vrai Daniel, ils deviennent quoi tes Indésirables ?

Peanuts 70

Le 2 octobre 1950 paraissait le premier strip des Peanuts dans 7 quotidiens américains (la crise de la presse on connaissait pas en 1950). Suivront 17 896 autres strips jusqu’en 2000, date de la mort du créateur Charles Schulz. Quasiment un strip par jour !

Régis Loisel, l’emmerdeur

Interview sympathique de Régis Loisel (La Quête de l’oiseau du temps, Magasin général), Grand Prix de la ville d’Angoulême en 2003 (comme les militaires il faut, pour les artistes, citer leurs médailles après leur nom), dans le Berry Républicain (le quotidien que l’on lit à Bourges ou à la gare de Lyon avant de prendre le train pour Bourges. Ça vous arrive de voyager ? ). Le journaliste lui rappelle, élégamment, que cela fait 50 ans qu’il fait de la bande dessinée. Régis confirme et il ajoute « j’ai commencé à 20 ans. Ma première BD, c’était même à 19 ans. J’ai toujours voulu faire cela. C’était ça ou rien ou la drogue ». Mieux la BD que la drogue. Je dis ça sans jugement de valeur, mais dans une bibliothèque la BD ça fait plus joli. Il raconte également son travail actuel sur La Quête de l’oiseau du temps, « j’ai laissé tomber la Quête voici trente-cinq ans, mais même si je ne dessine pas, je suis souvent derrière les dessinateurs pour m’occuper de toute la partie graphique. Je suis un peu le gardien du temple. En gros, je suis un peu l’emmerdeur ». 

Lucky Luke file un mauvais coton

C’est le 23 octobre que sortira le nouvel album du cow-boy solitaire, Lucky Luke, l’homme qui a arrêté de fumer plus vite que son ombre, un album qui nous plonge dans l’univers malsain (et raciste) des marais de Louisiane. Ça s’appelle Un cow-boy dans le coton, Achdé au dessin et Jul, qui y prend goût, au scénario.

Droit de buller

Droit(s) & bande dessinée… Tout un programme ! En tout cas c’est celui du colloque organisé par (attention le juriste ne se déplace jamais seul et sans son avocat) l’institut de recherche pour un droit attractif de l’université Sorbonne Paris Nord, le centre de recherche juridique Pothier de l’université d’Orléans et la Bibliothèque nationale de France. Sont invités évidemment aussi à des professionnels de la bande dessinée, dont Lewis Trondheim ou Stéphane Beaujean, directeur éditorial des éditions Dupuis. On se demandera si la bande dessinée est une oeuvre de l’esprit, on débattra droit et marché de la bande dessinée, et on examinera la révolution numérique dans le secteur. C’est à la BNF le vendredi 6 novembre 2020. 

Adios, Quino

Quino, le dessinateur argentin, et créateur en 1964 du personnage de Mafalda, jeune fille qui ne cessait de s’interroger (et d’interroger les adultes) sur l’absurdité du monde, est mort ce 30 septembre 2020 à l’âge de 88 ans. « J’ai toujours voulu être dessinateur. J’y pensais déjà à l’âge de trois ans », répondait-il quand on lui demandait quand lui était venu l’envie de devenir dessinateur.

Sapin reporter

C’est le dessinateur des présidents. Après avoir suivi François Hollande en campagne puis à l’Elysée, Mathieu Sapin s’intéresse à son successeur, Emmanuel Macron. Comédie Française, ça s’appelle et c’est sous-titré, Voyages dans l’antichambre du Pouvoir (sortie de l’album le 9 octobre 2020). Sur France Bleu, Sapin petit reporter dévoile sa méthode de travail (attention scoop) : « Je dessine beaucoup sur place, j’ai un petit carnet de croquis. » 

Yakari a dit…

Nouvel album du petit indien Yakari, le personnage de Derib et Job. Sans Job pour Le fils de l’aigle, 41e opus de la série (sortie octobre 2020), scénarisé par Xavier Giacometti, celui-là même qui avait réalisé Yakari, le film sorti cet été. Dans une interview sur le site de Le Lombard, Derib revient sur sa collaboration avec Giacometti , « Xavier est devenu un ami. Et, quand on m’a proposé de faire un album inédit, c’est Job qui a suggéré que je travaille avec lui. »